«Bon tuyau»: la vie dans sa diversité

La catégorie “bon tuyau” n’est pas vraiment une catégorie de milieux naturels. C’est bien plus une occasion de présenter la beauté et la diversité de la vie. On appelle cette dernière biodiversité dans le jargon des spécialistes. Elle comprend la diversité des écosystèmes, des espèces et des gènes.

Fête de la Nature – vivre la biodiversité

Le NatureChallenge est un projet de l’association «Festival der Natur». La Fête de la Nature se déroule durant le weekend de la Journée de la biodiversité, du 24 au 27 mai cette année. Elle propose plus de 750 activités sur les thèmes de la nature, de la biodiversité et de l’écologie.

Excursions, exposés, cours, actions concrètes de protection de la nature, randonnées, aménagements de jardin, actions de donation, etc. La palette d’activité est énorme de même que les thématiques abordées. La fête a lieu dans toutes les régions linguistiques. Concocte-toi dès maintenant un superbe programme pour le weekend. Le site web de la Fête est par ici.

La biodiversité est menacée par les activités humaines à l’échelle mondiale. Les exemples les plus connus sont la déforestation des forêts tropicales, la surpêche des mers du monde ou l’extermination des rhinocéros pour le commerce de l’ivoire. Soit des exemples qui nous viennent de bien loin. Mais la Suisse est aussi touchée par la perte de biodiversité. La moitié des milieux naturels et un tiers des espèces sont menacés. Destruction, surutilisation et pollution des milieux naturels sont les causes prépondérantes de la baisse de biodiversité. Le changement climatique et l’éviction des espèces indigènes par des espèces invasives donnent aussi du fil à retordre aux animaux et aux plantes.

Diversité des milieux naturels en Suisse

On dénombre 235 milieux naturels en Suisse, qui se distinguent entre eux par différentes caractéristiques et qui disposent d’une composition en espèces caractéristique. Nos collègues d’Infoflora ont compilé sur leur site web tous les milieux naturels de Suisse – informe-toi !

Pour le NatureChallenge nous avons quelque peu simplifié la différenciation complexe et groupé plusieurs types de milieux naturels au moyen de caractéristiques communes. Les catégories suivantes en ont résulté : « Au fil de l’eau », « Tout en haut », «En forêt », « Nature en ville et village », « Autour de la ferme ». Dans toutes ces catégories se trouvent des milieux naturels rares ou menacés.

L’existence de milieux naturels est la base pour la survie des espèces. Avec la disparition de ces derniers, la biodiversité est directement menacée.

Biodiversité – Qu’est-ce qu’une espèce?

Selon le « concept biologique de l’espèce », tous les êtres vivants, qui s’accouplent naturellement (d’eux-mêmes) et qui peuvent donner naissance à une progéniture elle-même capable de reproduction, appartiennent à une seule et même espèce. Pour illustrer ce concept à l’aide d’un exemple, un cheval et un âne, bien que d’allure similaire, constituent deux espèces différentes. En effet, lorsque l’on croise un cheval et un âne, on obtient bel et bien un mulet, mais ce dernier est stérile.

Plus de 40’000 espèces vivent en Suisse – 111 espèces de mammifères, plus de 400 espèces d’oiseaux, presque 30’000 d’insectes et bien 4’000 espèces de plantes. Rapporté à la petite superficie de notre pays, ce chiffre est très élevé. Cette diversité est directement liée à la topographie et au climat de la Suisse. Grâce aux précipitations abondantes, les plantes peuvent s’épanouir et forment la base de chaînes alimentaires complexes et diverses. L’importance des Alpes pour la biodiversité est décrite dans la catégorie de milieu naturel correspondante.

Diversité génétique

La diversité génétique explique la différence entre les individus d’une même espèce. Elle s’exprime de façon flagrante dans la couleur des cheveux, de la peau ou des yeux – un peu moins visiblement dans le fait que les différents individus d’une même espèce supportent les hautes températures estivales différemment par exemple.

La diversité génétique est essentielle pour la conservation de l’espèce. Elle détermine l’adéquation aux conditions existantes et l’adaptabilité à des conditions de site changeantes. Si tous les individus d’une même espèce étaient identiques et avaient des difficultés avec les hautes températures estivales, alors cette espèce disparaîtrait en cas de changement climatique, soit localement (migration) ou même totalement en l’absence d’échappatoires. Grâce à la diversité génétique, il y a cependant souvent des individus qui s’en sortent bien avec les nouvelles conditions de site et assurent ainsi la perpétuation de l’espèce.

Importance de la biodiversité :

Pour la nature

Beaucoup d’espèces dépendent directement de l’existence d’autres espèces. Car elles se sont spécialisées sur une seule espèce végétale ou animale comme source de nourriture ou car elles ne peuvent être pollinisées que par une seule espèce. Lorsqu’une espèce «X» devient plus fréquente en raison p.ex. de bonnes conditions climatiques, cela se répercute positivement sur tous ses prédateurs – ils deviennent plus fréquents également. Leurs proies en souffrent alors et lorsqu’il n’y a plus assez de proies, cela se répercute à nouveau sur l’espèce «X». Elle devient à nouveau plus rare. Il existe par conséquent un équilibre dynamique.

Lorsqu’une espèce est exterminée, l’équilibre est rompu. La disparition complète (locale également) d’une espèce peut menacer l’existence de nombreuses autres espèces et même conduire à l’extinction d’autres espèces. Et, dans le pire des cas, leur disparition entraîne à leur tour la disparition d’autres espèces. On nomme ce phénomène la « coextinction ».

Pour l’homme

L’humanité fait également partie de la nature, de la biodiversité. Notre survie est aussi directement dépendante de l’existence d’autres espèces. Cela saute aux yeux lorsque l’on observe la production d’aliments. Tout ce que nous mangeons sont des organismes vivants, que ce soit des plantes, des animaux ou des champignons.

La biodiversité est cependant primordiale dans bien d’autres aspects de la vie également. La pollinisation de nos plantes utiles par les papillons et les abeilles sauvages, la production d’oxygène par les plantes, l’épuration de l’air par les arbres, la décomposition des êtres morts par les décomposeurs (vers de terre, champignons, bactéries, etc.), la consommation des « nuisibles » par les insectes utiles, l’épuration de l’eau par les bactéries et bien plus encore. Nous, les humains, profitons de toutes ces activités directement. On les nomme services écosystémiques.



Littérature complémentaire :
HOTSPOT 12/05 – La valeur de la biodiversité
HOTSPOT 30/14 – Services écosystémiques
HOTSPOT 36/17 – Le point sur l’extinction des espèces



Lebensraum Hoch hinaus